IKONIUM HORS LES MURS


16                            

contes

 9 juin 2011

présentation françois eyriolles

 

 

LES CONTES DE THERESE PERRAS

 

« de l’orient au couchant »

(français / persan)

 

Thérèse PERRAS

 

Les récits contés dans ce spectacle viennent de la tradition orale persane de l’Azerbaïdjan et du Kurdistan. Ils joignent les thèmes universels que l’on trouve dans les contes populaires français. Ainsi notre spectacle « à deux langues » comprend une version de Peau d’âne, appelée « Feutrinette », une version des Fées, appelée « Mah Pishoni » et une randonnée appelée «  la  Courge qui roule ».

Les conteuses unissent et croisent leurs langages pour raconter ou chanter la vie des héroïnes des contes merveilleux communs à leur culture, tout en restant fidèles à l’esprit et à la musicalité des contes.

 Farzaneh Valaï , d’origine iranienne, dispose d’un vaste répertoire d’histoires merveilleuses ou facétieuses qu’elle a entendues directement de sa famille ; elle les raconte en farsi (persan) avec les chansons, la musique et la danse aussi qui accompagnent ces contes : contes restitués dans les mots où ils sont nés.

 Thérèse Perras traduit en français dans le style des contes populaires, ce que raconte Farzaneh. Elle accueille dans sa langue maternelle ces récits si lointains et si proches des nôtres, récits du désir et de la peur,de la marâtre et du prince charmant.

 Le tambourin est l’instrument préféré des conteurs persans. Il rythme le récit qui est souvent chanté du début jusqu’à la fin. Le chant peut aussi apporter une note d’émotion au récit parlé.

 Ce spectacle est une vraie rencontre culturelle : voici que se traduisent devant nous les contes au double sens du terme. Recréation langagière qui est comme une surprise à qui avait déjà presque deviné, et qui soudain comprend. Présence d’une étrangeté qui se fait familière grâce à la connivence des deux conteuses.

Farzaneh VALAÏ