IKONIUM HORS LES MURS


  21                         

rencontre / débat

« 11. 11. 2011 »

présentation françois eyriolles


LETTRES DU FRONT ET DE L’ARRIERE

1914-1918


 

MADELEINE & ANTOINE BOSSHARD


 


 « On nous avait  prévenus : dans la maison que nous venions d’acheter, à Vézelay, au pied de la basilique, nous ne trouverions rien d’extraordinaire. Mais en vidant les armoires, nous sommes tombés sur plusieurs petits paquets : la correspondance entre quatre fils de la famille Papillon, envoyés au front de 1914 à 1918, leur sœur Marthe, employée de maison à Paris, et leurs parents. Tout un réseau d’échanges, intenses et par moments bouleversants : demandes incessantes de nouvelles, envois de colis à des soldats souvent mal nourris et mal vêtus, récits des combats de Verdun ou de Bois-le-Prêtre. Mais aussi de ces instants dérobés, sur le front, à l’horreur et l’ennui : la maraude, le braconnage, la pêche ou la confection de bijoux faits du métal des obus…

Ces Papillon dont nous ne savions rien, la lecture de ces lettres surgies d’un silence de quatre-vingts ans les fait revivre. Miracle de l’écriture, apprise sur les bancs de l’école publique. Littérature née du déchaînement de l’histoire. »

Cette correspondance, découverte dans leur maison par Madeleine et Antoine Bosshard, est étonnante par sa richesse et sa diversité. « Ce n’est pas une guerre qui se passe actuellement, c’est une extermination d’hommes », y écrit Marcel Papillon dès 1915. Dans ce livre extraordinaire se mêlent la peur, la mort, mais aussi la tendresse. Les historiens Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt en témoignent : « Cette trouvaille étonnante dans les « archives » de simples Français de milieu populaire, ces échanges entre les membres d’une même famille offrent un ensemble tout à fait original. Ils livrent une multiplicité de points de vue sur le conflit en même temps qu’une lecture croisée des expériences de chacun. »

Madeleine Bosshard (Catherine Wahli) a créé, à la Télévision suisse romande l’émission A bon entendeur, et y a dirigé le Téléjournal.

Antoine Bosshard a fait sa carrière au Journal de Genève et au Temps, dont il a été le correspondant à Paris.

Rémy Cazals, professeur à l’université de Toulouse-Le Mirail, a édité les « Carnets de guerre de Louis Barthas , tonnelier, 1914-1918. »

Nicolas Offenstadt, maître de conférence à l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, a notamment publié « Les fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, 1914 - 1999 »

 (odile jacob)


Marthe, Joseph, Lucien, Marcel Papillon

« Si je reviens comme je l’espère »

Lettres du Front et de l’Arrière 1914 – 1918

quatrième de couverture

grasset



Vézelay