IKONIUM HORS LES MURS


41                                    

lecture théâtralisée

21 avril 2013

 

 

LES CHAUSSURES DE FRANCOISE

 

de & avec

Jean-Louis Guitard

(extrait)

LE PERSONNAGE SEUL

…tout à l’heure vous verrez, la vie est magnifique…

Magnifique…

Il y a des rhinocéros qui butinent de marguerite en marguerite, il y a des médecins qui sont malades, il y a des commissaires de police adjoints qui vont à l’opéra et prennent des cours de danse, il y a des garagistes qui ne se déplacent qu’à bicyclette et des trapézistes qui ne peuvent pas monter sur un escabeau pour remplacer une ampoule parce qu’ils ont le vertige…la vie est magnifique…malgré tous les horribles et toutes les horreurs la vie est magnifique…magnifique parce qu’une jeune fille est née à Saint Martin sur Seine dans la Creuse, qu’elle a fait des études à Roubaix, qu’elle a voulu visiter Paris pour ses  dix-neuf ans et qu’elle s’est arrêtée devant la statue de Balzac avec cet air tendrement attentif qu’ont certains animaux campagnards en regardant passer les trains…la vie est magnifique parce qu’à cet instant un jeune homme né à Vierzon, mais n’ayant pas fait d’études, se trouve dans le train qui passe, regarde par la portière, voit la jeune fille, en tombe amoureux, descend du train en marche, prend un avion et va la rejoindre. Il a mis des gants blancs, un chapeau citrouille parce qu’il trouve ça plus joli qu’un chapeau melon, et il la demande en mariage. Comme elle apprécie ses beaux atours elle dit oui pendant qu’un orchestre de cent vingt musiciens, dont un violon à sept cordes en caoutchouc et trois en ficelle, joue une version charnelle de la onzième symphonie de Wolfgang Amadeus Beethoven. Alors ils ouvrent la porte, montent dans la diligence et arrivent sans encombre à Venise où les Sioux et les Cheyennes ont enterré la hache de guerre au fond d’un dépôt de gondoles.

( Le ton devient celui que l’on prend pour raconter un conte à un petit enfant…)

Le soleil couchant jetti des milliers de clous roses luminescents dans la lagune qui faisa glouglou. Le jeune homme disut à la jeune fille «  Je te protégera durant toute ta vie entière et je t’aimera pour toujours, je te le juri sur Durandal ma fidèle épée qui me viendra de mes plus vieux ancêtres, et toi est-ce que tu m’aimeris ? »

« Oh oui yes, disa la jeune fille en l’embrassissant avec générosité, je t’aimera dans toute la ferveur de mon humble cœur qui batta rien que pour toi tout seul ».

Ainsi emplis de si beaucoup d’amour la jeune fille et le jeune homme faisèrent fortune et achetirent le château de la Belle au Bois Dormant où ils deviendurent très heureux à jamais…

( Il reprend un ton naturel )

Magnifique ! La vie est magnifique…